Le célèbre groupe français LVMH poursuit ses engagements éco-responsables

Updated: Mar 30

Un autre grand pas en avant pour le géant du luxe. En effet, après avoir obtenu le label Haute Valeur Environnementale et Viticulture Durable en 2014, la maison de champagne Ruinart implique 40 hectares de son vignoble dans un projet environnemental. Du côté de la couture, dans le cadre de son programme "Our committed journey" Louis Vuitton utilise pour la production de ses LV Trainers des matières premières recyclées.


Même si cela peut paraître flou aux yeux de certains, le luxe a toujours été lié au développement durable. C'est d'ailleurs en 1992, suite au Sommet de la terre à Rio, que LVMH a créé une Direction de l'Environnement. « Notre position de leader s’accompagne de responsabilités sociales et environnementales. Nous devons aller au-delà de ce que nous imposent les normes » s'exprime Bernard Arnault, le Président-directeur général de LVMH. Ainsi, la protection de l'environnement est devenue un paradigme essentiel à prendre en compte pour les Maisons du Groupe. La perpétuité de ces dernières reposerait sur le respect et la préservation des ressources naturelles utilisées pour la fabrication des différents produits.


La célèbre maison de champagne Ruinart, propriété de LVMH depuis 1998, s'est déjà familiarisée avec des mesures éco-responsables en produisant ce qu'elle appelle des "étuis seconde peau", une alternative aux coffrets permettant de réduire de 60% l'empreinte carbone de packaging. Cette initiative témoigne de l'engagement de la marque contre le changement climatique. Son nouveau projet d'agroforesterie dans son vignoble de Taissy en partenariat avec l'association "Reforest'action" permettra en plus la régénération des forêts à grande échelle et de restaurer la biodiversité. Comment ? L'association d'arbre et de culture sur une même parcelle agricole permettrait entre autres : le stockage du carbone pour lutter contre le changement climatique, la restauration de la fertilité du sol, la diversification de la production des parcelles, l'amélioration des niveaux de biodiversité, la reconstitution d'une trame écologique ...

Ces "corridors écologiques" (chef de caves, Frédéric Panaïotis) permettront à Ruinart de restaurer le paysage de ce vignoble ancestral Champenois.


Pour ce qui est de la marque emblématique de LVMH, Louis Vuitton en accord avec sa nouvelle feuille de route Développement Durable "Notre Voyage Engagé", travaille sur son économie circulaire. L'objectif de la marque : engager l'ensemble des produits dans une démarche d'écoconception d'ici 2025. Pari tenu, la griffe parisienne lance cette année les "LV Trainer Upcycling" fabriquées à partir de matières premières issues des stocks des années passées. Cette initiative de recyclage met en avant un mode de consommation plus responsable parfaitement aligné avec les efforts du groupe LVMH en matière de durabilité. Comme l'indique Michael Burke, le Président-directeur général de Louis Vuitton : "Design de qualité, développement durable et croissance vont de pair". Très investi dans le programme LIFE (LVMH Initiatives for the Environment) n'oublions pas que la marque a été l'une des premières à évaluer son empreinte carbone et a depuis franchi de nombreuses étapes pour réduire sa production de CO2. Titulaire aujourd'hui de la certification ISO14001, Louis Vuitton continue de travailler sur sa consommation d'énergie dans les ateliers, le transport des produits, la préservation et traçabilité des ressources, les pratiques environnementales des fournisseurs et enfin la réduction des déchets.


D'autres grandes Maisons telles que Guerlain avec son programme "Women for Bees" ou Moët Hennessy au travers de "Living Soils", s'inscrivent dans une démarche ambitieuse qui généralise l'agriculture régénératrice pour l'ensemble de ses approvisionnements stratégiques et réhabilite 5 millions d'hectares d'habitat de la faune et de la flore. Ce qui permettra de réduire l'impact des activités des Maisons sur la biodiversité.


Enfin, en tant que partenaire du programme UNESCO MAB (Man and Biosphere) et dans le cadre des 50 ans de ce dernier, LVMH et UNESCO ont présenté ce 24 mars un projet commun visant à lutter contre la déforestation en Amazonie en créant un fonds de 5 millions d'euros sur 5 ans afin de contribuer à la reforestation et à la réhabilitation des terres dégradées, tout en prévenant et en améliorant la gestion des feux dans les réserves de biosphère ; et permettre la création d'emplois durables et de sources alternatives de revenus pour la population locale.


Écrit par Thaïs Cador





Sources :


https://www.positiveluxury.com/fr/brand/louis-vuitton/

https://fr.louisvuitton.com/fra-fr/notre-histoire/environment#

https://jobs.louisvuitton.com/fra-fr/careers-articles/lv-trainer-upcycling

https://journalduluxe.fr/ruinart-champagne-vitiforesterie-taissy/

https://fashionunited.fr/actualite/business/lvmh-presente-ses-initiatives-en-matiere-de-developpement-durable-2020/2020101424951

https://www.valeursactuelles.com/economie/lvmh-le-numero-un-du-luxe-au-sommet-de-lengagement-environnemental/