Le business de Messika : entre internationalisation et cible de la nouvelle génération

Messika connaît une croissance rapide en s’appuyant sur un réseau de distribution solide. La Maison de joaillerie est aujourd’hui présente chez près de 450 revendeurs agréés à travers le monde, lui permettant de se faire connaître auprès d’une clientèle exigeante et pointue comme par exemple la clientèle du Bon Marché ou de chez Harrod’s.


Néanmoins, les articles sont vendus à un prix wholesale aux magasins, réduisant considérablement sa marge. Messika a récemment changé sa stratégie de distribution, puisque la Maison souhaite dorénavant développer son réseau de boutique propre afin de vendre leurs pièces joaillères directement à la clientèle à un prix retail. Vendre des bijoux directement dans des boutiques Messika permet également une meilleure image de la Maison puisque les salariés sont ceux de la Maison et non des magasins revendeurs, mais également de proposer presque l’ensemble de la gamme de produits car les Grands magasins sont soumis à des contraintes d’espace. Messika a par exemple récemment ouvert une nouvelle boutique au 46 Rue Pierre Charron en plein cœur du triangle d’Or parisien dans la continuité de leur logique de croissance et de distribution.


À la fin 2021, Messika possède 30 boutiques en propre alors qu’en 2019, le réseau retail comprenait seulement 20 boutiques, la croissance est donc bien réelle !


Messika réalise aujourd’hui un chiffre d’affaire de 115 millions d’euros par an, mais la créatrice Valérie Messika souhaite développer les ventes en Asie en ouvrant notamment davantage de boutiques sur ce continent. Le Moyen-Orient est quant à lui un marché mature constitué d’une clientèle solide et fidèle de la maison.


Mais pour accroître encore plus les ventes, il est important de se faire connaître encore davantage du public…


Une communication bien rodée


La Maison joaillère qui a démocratisé le diamant a bien compris l’importance de la communication puisqu’elle multiplie les collaborations avec des célébrités.


La première personne à avoir fait confiance à la marque est Beyonce qui lors d’un séjour à Paris repère une bague double phalange dans la vitrine de l’hôtel dans lequel elle séjourne, le Royal Monceau. La Maison lui offre et le lendemain la poste sur Instagram. Cette publication permet de toucher tous les followers de la chanteuse, de faire connaître l’entreprise et ainsi de booster les ventes. La chanteuse américaine fait à nouveau confiance à l’entreprise diamantaire pour le tournage du clip THE CARTERS – APESHIT et porte cette fois ci une parure Messika d’une valeur d’1 million d’euros. Le tournage se fait au Louvre, un lieu en parfait adéquation avec les bijoux Messika qui sont de véritables œuvres d’art.


La Maison a également fait une collaboration avec Gigi Hadid à travers leur collection intemporelle : le move. Le choix de la mannequin californienne est lié au fait que Messika attire aujourd’hui davantage une clientèle jeune liée à ses collections épurées.


Messika n’oublie tout de même pas sa clientèle plus âgée puisque la marque décide de collaborer avec Kate Moss dans le cadre du tout premier défilé de la Maison pendant la Fashion Week parisienne. Le show a eu lieu au Ritz, ce qui a permis de renforcer l’image que la marque souhaite avoir et communiquer. La Maison a fait une dernière collaboration avec la supermodel américaine Kendall Jenner. Cette femme représente bien l’esprit que la marque se veut avoir : une femme libre, confiante et authentique.


Ces collaborations avec Beyonce, Gigi Hadid ou encore Kendall Jenner permettent de donner une image jeune et fraîche sur l’univers de la joaillerie afin de toucher une cible plus jeune.


Les millenials, la nouvelle cible de Messika


Selon une étude de la Diamond Producer Association, pour 73% des Millenials, le diamant est la pierre précieuse par excellence et est associée à de très beaux adjectifs tels que beau, brillant, éternel, pur ou encore rare.


L’intérêt des millennials pour cette pierre est certain, puisque 22% d’entre eux se disent prêts à acheter cette pierre précieuse durant les 12 prochains mois, alors que chez les français en général, ce chiffre est de 9%, significativement donc inférieur…

Pour 85% de cette génération, le diamant est un objet de luxe qui se transmet de génération en génération, source de valeur sentimentale. Les millennials ont aussi une approche décomplexée du bijou. En effet, 62% des millenials français se sont déjà offert un bijou, alors que ce chiffre s’élève à 47% sur l’ensemble de la population française.


Messika a bien compris les enjeux de cette génération et a décidé de lancer une section idées cadeaux à moins de 1500€ sur son site e-commerce afin de cibler une clientèle qui n’a pas forcément de très gros moyens. Pour attirer cette génération, Messika a décidé de faire entrer la joaillerie dans la mode en bousculant les codes traditionnels de la joaillerie. La Maison a par exemple lancé récemment un bracelet en cuir avec des détails en diamant.


Réalisé par Maxence Delannoy