La seconde main gagne du terrain

Le marché de seconde main explose depuis quelques années comme en témoigne l’essor de la plateforme de vente de vêtements d’occasion Vinted, et celui du luxe, semble avoir aussi de belles heures devant lui.


En octobre 2019, paraissait une étude du Boston Consulting Group et de Vestiaire Collective centrée sur l’intérêt pour les grandes maisons de luxe de s’intéresser au marché de la seconde main (Why luxury brands should celebrate the pre-owned boom). On y découvre qu’en 2021 le marché d’occasion du luxe devrait atteindre 36 milliards d’euros et qu’il a une croissance annuelle moyenne de 12% contre 3% pour celui du luxe. De quoi inviter les marques à se pencher sérieusement sur la question.



L’illustre bottier J.M Winston a flairé la tendance. Il commercialise dans deux boutiques parisiennes (Champs-Élysées et Faubourg Saint-Honoré) et dans son magasin de Tokyo, des souliers flambants neufs, aux côtés de souliers d’occasions. La maison échange les chaussures déjà portés de leurs clients contre des bons d’achat de 100 euros et les artisans de la manufacture Weston de Limoges les remettent en état, pour qu’elles y soient vendues à moitié prix.

Cependant, les Maisons de Luxe sont loin d’être les principaux acteurs du marché. En France, Collector Square né en 2013 et Vestiaire Collective, né en 2009 détiennent la majorité des parts de marché. Les deux entreprises vendent sur leurs sites internet (et showroom pour Collector Square) uniquement des pièces authentifiés. En effet, chaque pièce collectée est vérifiée et estimée par une équipe de professionnels pour garantir à l’acheteur la qualité et l’authenticité du produit qu’il achète. Pour être vendu par ces plateformes, les modèles doivent être en excellent état. A l’instar de son homologue américain, The RealReal, Collector Square ne vend pas uniquement des accessoires de luxe, mais aussi des objets de décoration d’intérieur ou des malles Louis Vuitton, comme en témoigne la vente exceptionnelle d’une cinquantaine de malles entre 5 000 et 30 000€ sur leur site le jeudi 19 mars.


L’industrie du luxe a une réelle carte à jouer dans cette nouvelle tendance, notamment sur la question de l’audience. Le marché de seconde main est l’occasion de toucher des clients qui n’ont souvent pas les moyens de s’offrir les produits neufs. D’ailleurs 71% des personnes interrogées indiquent acheter des marques auxquelles elles n’ont pas accès en temps normal, souligne ainsi l’étude. La génération Z et les millenials, sont au cœur du marché puisque parmi les consommateurs de pièces de luxe, respectivement 54% et 48% achètent de la seconde main. Ces générations ont à cœur les enjeux sociaux et environnementaux et l’économie circulaire qu’instaurent la seconde main n’est pas à prendre à la légère, car les vendeurs sont dans la grande majorité des cas des acheteurs de première main, dont le pouvoir d’achat se voit augmenter grâce à l’amortissement de leurs anciennes possessions.



De leurs côtés, les acheteurs ont des motivations diverses, outre la possibilité d’accéder à des prix attractifs, pour certains, les sites de revente présentent des occasions rêver d’accéder des pièces qui ne se vendent plus sur le marché ou des éditions limitées. La rapidité d’achat aussi est à prendre en compte. Comptez des mois pour obtenir un sac Kelly de chez Hermès alors que quinze jours suffisent lorsque vous l’achetez chez Vestiaire Collective ou Collector Square. Les clients sont dans la grande majorité des cas satisfaits puisque l’on constate en ce qui concerne les montres, seulement 1% de retour des montres de luxe achetées sur les plateformes d’occasion. Enfin, certains acheteurs voient leurs acquisitions comme des investissements. «Les achats de sacs à main sont devenus des placements financiers», confirme Joëlle de Montgolfier chez Bain & Company, «ils sont perçus comme des biens patrimoniaux dont la valeur est connue et perdure dans le temps».


L'attrait grandissant pour la seconde main semble se confirmer par la volonté d'une consommation plus durable et éco-responsable. L'évolution des mentalités ouvre donc la voie vers des belles heures pour le marché de l'occasion de luxe.



Réalisé par Noémie Lintz


Crédits photos :

https://fr.fashionnetwork.com/news/Vestiaire-collective-fait-peau-neuve-et-lance-une-campagne-internationale,1024892.html

https://mag.lesgrandsducs.com/2014/12/collector-square-luxe-occasion/

23 Avenue Guy de Collongue, 69130 Écully

  • Instagram - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle