L’Horlogerie en 2021 : histoire, marques, tendances, COVID, etc.

Updated: Feb 16, 2021

Entre la crise du quartz, la crise des subprimes et celle du COVID 19, le monde de l’horlogerie a été à de nombreuses reprises chamboulé. Fonctionnant de pair avec l’industrie du luxe en général, l’industrie horlogère suit certaines tendances et subit bizarrement tous les 4 ans une rupture dans son fonctionnement. L’horlogerie qu’on connaît aujourd’hui n’est pas celle du moment de sa création au 15ème siècle. Comment les montres ont-elles évolué à travers le temps ? Comment est-on passé d’un marché de niche à un mass market en l’espace d’une cinquantaine d’années ? Quelles sont les marques vedettes actuelles et leur positionnement ?



L’essor des montres à bracelet et à quartz, une technologie avec une précision inégalée : un retour historique


1. Les débuts de l’horlogerie


L’origine de l’horlogerie remonterait selon les écrits au 15ème siècle, un peu partout en Europe. Les premiers mouvements furent créés pour des églises et des cathédrales. C’est peu de temps après que les orfèvres se mirent à imaginer, designer des mouvements plus petits pour suivre le temps au quotidien. Le plus gros de la production était réalisé en Suisse, mais aussi en Angleterre et aux Pays-Bas, lieux où l’essor du commerce était le plus grand du 16 au 18ème siècle. Et pourquoi, déjà, la Suisse ? La légende raconte que les paysans suisses se lassaient de leur métier et décidèrent en parallèle de leur travail du champ de monter des manufactures.

Les montres sont généralement portées au gousset jusqu’au dernier tiers du XIXe siècle lorsque la montre bracelet est née. Les mouvements étaient principalement mécaniques, ce n’est qu’après que les mouvements automatique et à quartz, puis électronique sont apparus.


2. Les différents mouvements


Les mouvements mécaniques


Ces mouvements nécessitent d’être remontés à la main tous les jours afin de fonctionner correctement. En effet, la réserve de marche (le temps où la montre indique l’heure exacte) est faible sur ces montres (en fonction de la montre) et nécessite donc ce traitement journalier. La réserve varie également en fonction de la portée de la montre. Meilleure est la qualité, plus la réserve est importante.


Les mouvements automatiques


Comme le mouvement mécanique, le mouvement automatique a besoin d’être remonté dans le temps. A la différence que, dans les montres mécaniques, il y a un poids métallique appelé "flyweight" qui tourne sur un pivot. Le flyweight permet au ressort de la montre d'être réinitialisé pendant le port de la montre. Ainsi, la réserve des montres automatiques est plus élevée, il suffit de la remonter lorsqu’elle est portée pour la première fois, et si elle est portée régulièrement, l’heure sera généralement exacte.


Toutes les marques horlogères font généralement des modèles mécaniques, plus intéressant pour les consommateurs.


Les mouvements à quartz


Ce n’est que dans les années 1920 que les montres à quartz ont fait leur apparition. Leur démocratisation, elle, n’a débuté que dans les années 60-70. Le mouvement consiste en la création de vibrations mécaniques par impulsions électriques, afin de faire fonctionner la montre. Les possibilités de produire en masse, l'accroissement de la population, et surtout, le coût du savoir-faire suisse ont permis l’explosion des montres à quartz dans les années 80 à 90. Un vrai traumatisme appelé “crise du quartz” par les horlogers suisses. Deux raisons majeures de ce bouleversement : des prix plus abordables pour une montre à quartz et une précision hors norme : en moyenne, une perte d’un millième de seconde par jour


Certaines marques se sont spécialisées dans ce type de mouvement (comme Seiko, Swatch) et la plupart des marques suisses proposent maintenant un ou deux modèles quartz, avec peu de succès.

Les montres dites “électroniques”


Ce n’est que dans les années 2010 que les premières montres électroniques apparaissent. Avec l'avènement des smartwatches, que l’on peut considérer comme de véritables ordinateurs de poignet, les montres telles qu’elles existaient auparavant semblent perdre de leur intérêt.