Intern Report: Assistante Chef de Produit – Horlogerie chez Christian Dior Couture

Updated: May 3

Aujourd’hui, Lisa nous partage son parcours et son quotidien d’Assistant Chef de Produit dans le secteur de la Haute Horlogerie. Elle nous décrit son expérience au sein de la Maison Christian Dior Couture, Maison emblématique du groupe LVMH, connue comme étant la Maison du rêve.



Peux-tu te présenter brièvement ?


Je m’appelle Lisa. J’ai fait une prépa ECS au Lycée du Parc. Par la suite je suis rentrée à ESCP Business School où je suis actuellement en Master 2 spécialisation Marketing.



Qu’est-ce qui t’a attirée dans le poste d’Assistante Chef de Produit ?


De base, je me dirigeais plutôt vers l’Hôtellerie de luxe. J’ai fait un premier stage au Prince de Galles. Cela m’a donné envie de travailler dans le luxe mais finalement plutôt côté produit. J’aime ce qui est beau, ce qui est riche en histoire, j’aime la recherche de l’excellence… et l’horlogerie-joaillerie me fascinait tout particulièrement. C’est comme ça que j’ai eu envie de faire un stage en tant qu’Assistante Chef de Produit.


Quelles sont tes missions principales sur ce poste ?


Globalement, mon rôle est de développer les collections horlogères de Dior. Je travaille sur les pièces de Haute Horlogerie. C’est-à-dire des pièces qui sont à plus de 50 000 €. Je travaille avec principalement deux interlocuteurs : d’un côté les designers qui sont au studio de création et de l’autre nos ateliers qui sont en Suisse.


Il y a 3 points principaux sur lesquels je travaille :

  • Le développement des collections : imaginer le plan de lancement, faire le suivi des prototypes, définir les prix futurs qu’on va donner aux pièces, préparer les fiches produits qui sont destinées aux vendeurs et aux clients.

  • Le deuxième volet c’est la partie communication : suivi des shootings, suivi des films pour présenter les pièces en boutique.

  • La troisième grande partie est la veille concurrentielle auprès de toutes les maisons spécialisées dans l’horlogerie-joaillerie (Cartier, Bvlgari, Chaumet, Chopard, Van Cleef & Arpels, les Maisons de modes qui font aussi de l’horlogerie comme Chanel ainsi que les Maisons du groupe Richemont spécialisées en horlogerie…).

Quels sont les produits emblématiques sur lesquels tu as travaillés ?


Je travaille principalement sur les pièces uniques Dior Grand Bal et les Dior Grand Soir. On vient par exemple de sortir les Dior Grand Bal Parure Tropicale et les Dior Grand Soir Jardins de Nuit.


La Haute Couture est une appellation juridiquement protégée qui requiert un certain nombre de critères. Qu’en est-il de la Haute Horlogerie ? A-t-elle une définition précise ?


Il n’y a pas une définition officielle de la Haute Horlogerie. Mais on peut parler de Haute Horlogerie quand la montre est le résultat à la fois d’un grand travail technique (mouvement utilisé, complications…) et d’une esthétique remarquable (finitions, techniques utilisées etc.). Chez Dior, les pièces de Haute Horlogerie sont celles dont le prix est supérieur à 50 000 euros.

Qu’est-ce que tu préfères et qu’est-ce que tu aimes moins dans ton quotidien d’Assistante Chef de Produit ?


Je travaille sur des pièces vraiment exceptionnelles. La plupart sont des pièces uniques. Le travail derrière ces pièces est incroyable. Ce qui est intéressant en horlogerie chez Dior c’est que le savoir-faire horloger des ateliers suisses ne prend pas le dessus sur la créativité. On puise dans le patrimoine de Dior, en particulier celui de la Haute Couture duquel on s’inspire beaucoup. J’aime la proximité quotidienne que j’ai avec le produit. Je peux suivre une pièce de A à Z depuis sa conception dans les studios en passant par sa fabrication et enfin avoir entre les mains la pièce sur laquelle j’ai travaillée pendant des mois. Je peux voir le résultat concret de mon travail.


Ce qui peut être plus difficile, ce sont les deadlines très serrées. C’est assez stressant et ça demande d’être hyper organisé.


Les stages d’Assistant Chef de Produit sont très convoités. Selon toi, comment as-tu réussi à faire la différence face aux autres candidats ?


Je pense que mes deux expériences en vente ont beaucoup joué. J’ai été conseillère de vente au Printemps en Haute Horlogerie l’été dernier, où j’ai pu acquérir des connaissances horlogères (mouvement, calibre…). Ensuite j’ai été Assistante de vente chez Cartier, où j’ai pu acquérir des connaissances sur les pierres précieuses, les techniques, le sertissage, les matériaux etc. J’ai vraiment développé ma sensibilité produit et toutes mes connaissances techniques lors de ces deux expériences. Ce qui fait qu’en entretien, je savais de quoi on parlait.

En contactant ma manager actuelle sans recherche de stage mais simplement pour lui parler de son métier, elle a pu voir que j’étais réellement intéressée par l’horlogerie et la Maison Dior. Le feeling est bien passé et cela m’a permis de garder contact avec elle et d’avoir ma chance en entretien.


Après déjà quelques mois au sein de la maison Christian Dior Couture, peux-tu nous décrire l’environnement dans lequel tu travailles ?


Mon équipe est hyper bienveillante. Cela va à l’encontre des clichés que les gens ont du milieu du luxe. Si j’ai la moindre question, ils n’hésitent pas à m’aider et à répondre à mes doutes. Mes collaborateurs sont passionnés et passionnants. Ils sont aussi très travailleurs, avec un niveau d’exigence le plus haut possible. C’est hyper boostant.


Dior est une maison de Haute Couture au patrimoine immense. En tant que stagiaire on t’encourage à t’imprégner de cet environnement-là en visitant les archives de Dior, les expositions des pièces du défilé Haute Couture et en suivant des cours sur la mode proposés par la Maison.



Réalisé par Cyprien Ngeumani