Entre résilience et engagements, retour sur une année 2020 rythmée pour LVMH

Updated: Jan 28, 2021

Alors que les résultats du second semestre 2020 du numéro un mondial du luxe ont été dévoilés ce mardi 26 janvier, Lux’em vous propose de revenir sur cette année hors normes vue par LVMH - sa lutte pour le maintien des performances de ses 75 maisons sur fond de crise sanitaire et économique mondiale d’une part, mais aussi ses nombreux engagements, sa quête perpétuelle de l’innovation et son regard tourné vers l’avenir.



Le séisme covid-19 : le temps de la résilience


Dès le début de l’année, le Groupe n’est pas épargné par le coup de massue porté à tous les secteurs de l’industrie par la pandémie de la covid-19. Au premier semestre, les ventes s’élèvent à 18,4 milliards d’euros, accusant ainsi un recul de 27% par rapport aux chiffres de l’année précédente, conséquence des mesures successives prises par les gouvernements à travers le monde afin de lutter contre la propagation du virus.


Il faut néanmoins souligner l’impressionnante capacité de réaction et d’adaptation des Maisons du Groupe, qui s’est traduite dès le second trimestre par une forte reprise des ventes en Chine, suivie d’une amélioration plus progressive en Europe et aux États-Unis, dès le mois de mai. La résilience exceptionnelle de LVMH s’est particulièrement illustrée dans les secteurs de la mode et la maroquinerie, portés par deux de ses Maisons les plus emblématiques, à savoir Louis Vuitton et Christian Dior. Tandis que la première a su se distinguer par son habilité à renforcer ses liens avec ses clients au moyen de diverses initiatives digitales, la seconde a pu compter sur le dévouement et la persévérance de ses petites mains qui, malgré la fermeture des ateliers de l’enseigne dès le début du printemps, ont continué à exercer leur art depuis leur domicile afin d’assurer la production des collections à venir.


Une passion et une créativité à toute épreuve qui ont permis le maintien de la rentabilité du Groupe à un niveau élevé malgré un contexte d’incertitude croissante, et qui ont été récompensées par une remarquable remontée en bourse de LVMH au second semestre. L’action franchit ainsi la barre des 500€ le 10 décembre et culmine à 513,10€ le 30 décembre, record historique pour le Groupe, qui s’illustre dans le même temps par une performance annuelle de +20,35% au sein du CAC40 alors que ce dernier enregistre une perte globale de 7,14% au terme de cette année noire. Ces résultats ne font qu’appuyer la légitimité du titre de « manager de la décennie » attribué à Bernard Arnault à l’issue de la cérémonie des BFM Awards qui s’est tenue le 30 novembre dernier, véritable consécration qui vient couronner dix années au cours desquelles l’homme d’affaires aura réussi à tripler le chiffre d’affaires du Groupe et à multiplier son bénéfice par quatre.





Une année placée sous le signe de l’engagement

« Malgré les circonstances particulières de 2020, il n’a jamais été question de renoncer ni à nos valeurs de solidarité et de générosité, bien au contraire, ni au fait de les célébrer. Il nous a fallu nous réinventer et être créatifs. C’est l’un des maîtres-mots de cette année ; et je tiens à saluer l’engagement sans faille de nos collaborateurs qui ont fait preuve d’une remarquable mobilisation ». Ces mots, prononcés le 17 décembre dernier lors de l’Émission Engagée par Chantal Gaemperle, Directrice Ressources humaines et Synergies du Groupe LVMH, réaffirmaient les valeurs de partage et d’engagement au service de la société inscrites dans l’ADN du Groupe, dans un contexte de crise mondiale appelant à la solidarité.

Un soutien sans faille aux autorités sanitaires

En 2020, ce sens de l’engagement s’est illustré par l’efficacité avec laquelle LVMH a pris part à la lutte contre la pandémie à l’échelle mondiale. Nombreuses sont les Maisons à s’être mobilisées dans cet effort de solidarité sans précédent : les unités de production de parfums de Dior, Guerlain et Givenchy ont su réinventer leur activité pour fabriquer plus de 400 tonnes de gel hydroalcoolique principalement livrées aux hôpitaux de Paris, Sephora a fait don de 30 000 unités de crème pour les mains à l’AP-HP et de 35 000 autres à différentes structures médicales à travers toute l’Europe, et le Groupe a sécurisé plusieurs commandes de millions de masques chirurgicaux et FFP2 à destination des autorités sanitaires, ainsi que pas moins de 400 000 tests sérologiques et huit machines de traitement automatisé des tests virologiques.

À l’étranger aussi, LVMH a jeté toutes ses forces dans la lutte contre la progression du virus, en Chine notamment où le Groupe a multiplié les dons à la Croix Rouge nationale et procédé à de multiples dons de matériel médical à Wuhan, épicentre de la pandémie. Outre Atlantique, les enseignes Marc Jacobs et Hennessy se sont particulièrement distinguées, la première en fournissant 3000 surblouses et 10 000 masques à plusieurs hôpitaux new-yorkais, la seconde en s’engageant à soutenir financièrement les petites entreprises tenues par les minorités ethniques, particulièrement touchées par la crise, au travers du projet « Unfinished Business ».




De multiples engagements sociaux

Cette dernière initiative fait par ailleurs écho à l’engagement constant du Groupe en faveur de l’inclusivité et de l’égalité des chances. Cette année, plusieurs Maisons se sont vu remettre l’Inclusion Index Award lors de « Voices of Inclusion », évènement digital inédit qui s’est tenu le 26 juin dernier à Paris. Parmi les initiatives mises à l’honneur on retrouve notamment la valorisation des collaborateurs du Groupe membres de la communauté LGBTQIA+ à travers la création de la