Dans l'oeil de SMOKEY, une jeune marque parisienne aux accents féministes

Immersion dans l'univers de Sarah Benmansour, fondatrice de SMOKEY, une jeune maison de couture haut-de-gamme, féminine et féministe, basée à Paris.


Après avoir quitté son Maroc natal pour des études d'économie à la Sorbonne, Sarah continue son parcours scolaire à l'Institut Français de la Mode où elle découvre les rouages de cette univers ainsi que de celui du Luxe. Forte de ses expériences chez Chanel, Tiffany & Co et Valentino, et de l’envie furieuse de s’épanouir dans quelque chose qui lui appartient, elle se lance en 2018 et fonde SMOKEY, à la suite d'un long processus de réflexion et de recherches. Elle présente sa première collection à l’occasion de la journée de la femme en 2019.

A travers le nom de sa marque, la jeune créatrice joue sur la fumée, le contraste, mais aussi le smoking, si longtemps décliné en noir et blanc. Sarah fait ainsi un clin d’œil aux Parisiennes qui ont été les premières à porter cette pièce devenue emblématique, et devenue aujourd’hui ses muses. Le smoking a une histoire, mais aussi un caractère, il est représentatif de l’émancipation de la femme et le précurseur d’une rupture : la démocratisation du pantalon pour la gente féminine. SMOKEY Paris se veut féminin et féministe grâce à l’image du smoking qui même s’il est aujourd’hui un classique, reste un symbole d’influence et de pouvoir, une armure de tissus que les femmes peuvent porter pour se donner confiance, affronter leur journée aussi bien que pour soigner leur apparence en soirée.

Parmi ses inspirations, Sarah Benmansour compte aussi les voyages, qui la mènent sur la route de la soie, les photographes qui jouent sur les contrastes, tels qu’Irving Penn ou Peter Lindbergh et les citadines qu’elle rencontre chaque jour au détour d’un couloir de métro. Tout est sujet à la création pour cette passionnée de mode, mais pas n’importe comment !

SMOKEY c’est aussi une marque qui met au premier plan l’engagement environnemental. Si son essence est parisienne, la maison y revendique aussi son implantation. La production et l’approvisionnement se font un rayon de 10 km. Seule exception : les 10% de nouveaux tissus que Sarah achète pour compléter ses modèles composés de chute de tissus des maisons de haute-couture parisienne. SMOKEY défend non seulement l’#UpCycling, mais aussi le #SlowFashion, avec seulement deux collections par an, ainsi que le #NoWaste : pas de soldes, ni de destruction pour ces pièces intemporelles disponibles en toute saison


Sarah Benmansour fait partie de ceux qui donnent le temps au temps, que ce soit pour la conception, la production ou encore l’installation. La patience ainsi qu'un produit auquel on croit sont les deux clés du succès pour la créatrice. « SMOKEY est encore dans la phase d’installation » nous explique-t-elle, mais à terme, elle aimerait que ces pièces ornent les concept-store de Tokyo, New-York ou Los-Angeles. « Et puis pourquoi pas présenter une petite diversification vers les accessoires ou le parfum » nous répond Sarah quand on lui parle de la suite.


Les projets pour la marque sont nombreux, mais avec toujours un objectif en ligne de mire : une production de vêtements haut-de-gamme éco-responsables. Un vent nouveau souffle sur l'industrie du luxe, et SMOKEY l'a bien compris.



Réalisé par Noémie Lintz

23 Avenue Guy de Collongue, 69130 Écully

  • Instagram - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle